Prochaine destination:

In Lifestyle papotage

Quand je serai grande, je serai une princesse

Bonjour tout le monde ! Quelle petite fille n'a jamais rêvé d'être une princesse. Malheureusement sur APB, il n'existe pas le choix "devenir une princesse" ! Aujourd'hui je viens vous parler de  l'orientation après le lycée qui peut s'avérer être une grosse galère. Dans cet article, je vous parle de mon expérience personnelle à propos de ma réorientation.


Image Fanpop

Nous sommes actuellement le 20 janvier 2016 et ceux qui sont en terminale le savent très bien, le site APB est désormais ouvert et vous pouvez donc commencer à faire vos vœux jusqu'au 20 mars pour vos études supérieures de l'année prochaine.

Chaque lycéen passe par là pour avoir une place quelque part l'année prochaine, aujourd'hui j'ai décidé de vous raconter comment j'ai vécu cette (affreuse) période et comment je me suis sortie de ce qui a été pour moi un mauvais moment.

Attention : je tiens à préciser que cet article parlera de mon expérience personnelle et qu'évidemment chaque situation est différente.



J'ai fait un bac ES que j'ai eu en 2013 avec la mention assez bien (exactement j'ai eu 12 pile pour avoir cette mention qui au final ne sert pas à grand chose) ! Je me souviens qu'à l'époque je voulais faire une école de commerce, j'avais hésité à passer des concours pour entrer directement après le lycée mais je m'étais dit que j'avais le temps devant moi. A la différence de certains de mes amis du lycée qui avaient passé tous les concours possibles et inimaginables pour entrer directement après le bac dans  une école de commerce ou bien à Sciences Po, je m'étais dit que j'allais faire un DUT Technique de Commercialisation.

Si vous ne savez pas ce que c'est, un DUT est un diplôme universitaire de technologie qui se fait en deux ans. Mon but était de faire un DUT pour ensuite passer des concours et entrer dans une école de commerce. J'avais donc mis l'IUT qui se trouvait à exactement dix minutes à pied près de chez moi et à deux arrêts de bus et pour être prise j'avais aussi demandé un DUT GEA (Gestion des entreprises et des administrations) . Je me souviens aussi avoir mis des facs d'histoire, d'économie et en tout dernier, la fac de droit à côté de chez moi parce qu'on était obligé de mettre la fac de notre secteur et j'ai mis ce choix comme tous mes autres choix de fac en dernier voeux parce que je ne voulais pas aller à la fac, pour moi la fac c'était l'échec du fait que tout le monde pouvait aller à la fac même avec le dossier le plus nul du monde (GROSSIERE ERREUR!)



En voyant ce gif, vous aurez compris que je n'ai pas été prise dans l'IUT à côté de chez moi. Ou plus exactement, j'ai été mise sur liste d'attente pour le DUT GEA et j'ai dû attendre le dernier tour d'APB pour me voir me faire recaler. Cependant, ayant toujours un plan B voir C dans ma tête, j'avais mis l'IUT de Reims (ville où j'ai habité pendant dix ans) et où j'avais été prise dès le premier tour.

J'ai donc dû attendre jusqu'au 14 juillet pour savoir si j'allais rester chez moi ou bien chercher une résidence universitaire à Reims et partir là-bas. Le verdict tombe j'étais effondrée et en même temps contente de me dire que j'allais partir de chez moi et être autonome ! (Un article arrivera plus tard sur ce sujet.)

Je suis donc partie à Reims qui était un peu un choix imposé car si je n'allais pas à l'IUT de Reims, je n'avais rien d'autres comme choix étant donné que c'était mon troisième choix et que j'avais été acceptée. J'ai aimé ma vie à Reims au début, j'adorais la comptabilité, le marketing, le management mais ce que je voulais faire, c'était un DUT Technique de Commercialisation et non un DUT GEA.  

Un jour alors que je devais reprendre le train pour Reims et après une grosse accumulation de pas mal de chose j'ai décidé de ne plus jamais retourner là-bas,  je suis donc revenue après six mois de cours et même en ayant validé mon premier semestre à l'IUT je ne pouvais plus rester là-bas pour plusieurs raisons. Alors je suis rentrée chez moi et ce fut le début d'un long très long moment de doute. Je me sentais très lâche d'avoir arrêté mes études car je ne suis pas du genre à détester les cours. Je  ne me trouvais pas du tout courageuse d'avoir arrêté mes études en plein milieu de l'année alors qu'on m'avait proposé plusieurs solutions que mais j'avais refusées,  je ne voulais plus entendre parler d'économie, de comptabilité et de marketing. Je restais chez moi à rien faire arrêté par mon médecin et à me demander ce que je ferais l'année prochaine. C'est à ce moment-là qu'on voit les vrais amis qui sont là pour vous soutenir, parce que pour certains arrêter leurs études ce n'est pas grave, rien foutre de leur journée ils s'en fichent mais pas moi. De manière plutôt active j'aime toujours faire pleins de choses et là je ne faisais rien.


Image Giphy

Puis à un moment, il faut se reprendre en main et c'est à ce moment qu'on se dit qu' heureusement qu'on a une famille et des vrais amis. J'ai donc commencé à chercher ce que je voulais faire dans la vie, j'ai rencontré pas mal de personnes différentes à ce moment-là et on m'a convaincu que la fac ce n'était pas pour les nuls et qu'il y avait beaucoup d'aspects positifs.

Je me suis donc réorientée en droit et je suis actuellement à en deuxième année. Je pense vous faire un article sur mes études de droit plus tard sur le blog mais aujourd'hui je vous ai fait un article sur APB pour vous dire qu'il faut mettre toutes les chances de son côté pour obtenir ce que l'on veut côté étude. C'est vrai, je n'étais pas la meilleur élève, ni la pire, j'ai toujours été dans la moyenne. Mais quand on arrive à la fac, à l'IUT ou autres choses après le lycée, il faut penser au futur et se dire qu'il faut travailler pour obtenir le master, l'école ou autres que l'on souhaite.

Lorsque j'ai voulut faire un DUT Technique de commercialisation, c'était pour entrer dans une école de commerce qui s'appelle l'INSEEC , c'était mon rêve pour moi le chemin était tout tracé mais comme vous le voyez la vie fait qu'on a le droit de changer d'avis et qu'il vaut mieux le faire à 18 ans plutôt que de se rendre compte à 30 ans qu'on a fait une grossière erreur il y a dix ans de cela en choisissant la mauvaise voie et qu'on déteste son travail. Il m'a fallut du temps pour accepter que je n'avais pas vraiment fait le bon choix et dès fois il m'arrive encore de me dire qu'à cette heure-ci j'aurais pu être en école de commerce.


Image Weheartit

Cependant, je ne regrette plus ce choix et au contraire j'en suis assez fière car il est dur de savoir ce que l'on veut faire plus tard quand on à 18 ans et même quand on à 20 ans. La vie est assez imprévisible et pour être honnête si j'avais été prise à l'IUT près de chez moi, j'aurais été en école de commerce cette année car ce n'est pas non plus qu'à cause des études que je suis revenue chez moi. Etre loin de tout ce qu'on connaît et se sentir seule dans un endroit où peu de monde vous comprend est assez dur à vivre à 18 ans.  Le conseil que je peux vous donner c'est de travailler dur pour arriver à ce que vous voulez et de faire en sorte d'aimer votre vie à travers les choix que vous avez fait, peu importe le temps que cela prend, l'importance est d'atteindre le but que vous vous êtes fixés.

APB ne définit pas votre vie et si vous n'êtes pas pris ou vous voulez, ne perdez pas espoir, il y a souvent des solutions. Aujourd'hui tout le monde passe par ce moment de stress et beaucoup de personnes seront déçues de là ou ils seront affectées l'année prochaine ou au contraire bien heureuses car c'est l'endroit qu'elles avaient choisi. Pour ma part, comme vous l'aurez pu constater dans cet article, ce fut un moment assez compliqué à vivre surtout après avoir tout arrêté mais aujourd'hui je suis très contente des études que je fais.


Image Google

J'espère que cet article vous aura plus et que vous trouverez tous votre voie dans les études supérieures. On se retrouve très vite pour un nouvel article, passez une bonne semaine.

LIRE LA SUITE

Share Tweet Pin It

15 Comments